MARC  LABOURET

Le jugement dernier de Gigny

 6b damnes diable

Aux confins de l'Yonne et de la Côte-d'Or, la verrière flamboyante qui orne le bras nord du transept de l'église de Gigny est un remarquable exemple de l'art du vitrail de la Renaissance. Sa qualité a déjà été soulignée, et le contenu des quatre lancettes verticales trilobées a été bien décrit par M. Tobiet : il s'agit de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ. Malgré sa qualité, cette bande dessinée du XVIe siècle ne nous intéresse pas ici. Toutefois, il convient de ne pas négliger le contenu du réseau qui domine ce récit en images. En effet, il s'agit d'un jugement dernier, sujet d'une grande rareté dans la région, traité ici avec une vigueur et un réalisme saisissants. 

0 vitrail entier red   0 vue generale red

Sans faire partie de l'art macabre proprement dit, le thème du jugement dernier lui est apparenté. C'est la conception chrétienne, catholique en particulier, du devenir des morts. Cette conception est mise à mal par les représentations macabres, mais permet aussi de les comprendre mieux. La présentation de ce vitrail exceptionnel est donc un utile complément à mon article sur l'art macabre dans l'Yonne.

Le haut de ce fenestrage, en réseau, est constitué de cinq quatre-feuilles (ou quadrilobes, ici lancéolés) disposés en quinconce, soit trois en bas et deux au-dessus, le tout surmonté d'un écoinçon sommital à trois rayons et entouré de huit lancéoles latérales (ou « mouchettes »). Son éloignement du sol le rend difficile à lire sans jumelles. C'est probablement pour cette raison qu'il a été injustement ignoré.

  2 ange gauche revu red   1 juge red   3 ange droit revu redLe Christ juge entre les anges sonnant de la trompette.

 Le contenu de ces quatorze « ajours » est le suivant :

  • Au sommet, le Christ juge, les bras levés, avec le phylactère : « Venite benedicte et ite maledicti igne », soit « Venez les bénis, et partez au feu les maudits ».
  • Les huit mouchettes latérales représentent autant d'anges aux ailes rouges.
  • Les deux quatre-feuilles du haut contiennent chacun un ange sonnant de la busine pour réveiller les morts. Chacun est accompagné d'un phylactère. Celui de gauche (à droite donc de Jésus-Christ) y dit, classiquement, « Surgite mortui et venite ad judicium », soit « Morts, levez-vous et venez au jugement ». Celui de droite dit : «Surgite mortui  (…?) modo adveniet et jud (…?) », ce qui mérite encore un travail d'analyse (une aide sera bienvenue).
  • Les trois quatre-feuilles bas montrent enfin les morts qui sortent de leurs tombeaux. Ils sont réalisés principalement dans ce beau jaune d'argent qui donne le ton à l'art du vitrail de l'époque. La scène de gauche montre un ange (l'Archange Saint Michel, probablement) et les élus, en attitudes de prière ou de confiance. La scène de droite montre un diable aux ailes de chauve-souris, dans les flammes, et les damnés, dans des attitudes d'horreur ou de honte. Enfin, au centre, des ressuscités, souriants, en attitude de prière, sont surmontés d'un personnage féminin couronné, curieusement montré de dos, les bras levés en attitude orante : on ne peut y voir que Notre-Dame, ici en situation d'intercession, demandant à son fils la miséricorde pour les humains.
 4 elus red  5 elus red  6b damnes red
Les ressuscités sortent de leurs tombeaux :
"Vous ici ? Je vous croyais aux os !"

Le thème illustre classiquement ce dogme fondamental du christianisme, présent aussi dans le zoroastrisme et l'islam : le jugement dernier, le dernier jour où Dieu réveillera les morts pour leur attribuer leur éternel séjour, soit paradisiaque, soit infernal. Les corps des morts, reconstitués, sortent de leurs tombeaux. C'est bien la résurrection de la chair du credo catholique.

 4 detail  5 detail  6b damnes detail  Détails...

En l'état actuel de nos recherches, nous considérons ce jugement dernier comme le plus beau du département de l'Yonne. Mettons à part celui de Joigny, malheureusement incomplet, mais que son caractère macabre rend exceptionnel dans tout l'art chrétien. La peinture murale de Pont-sur-Yonne, comme les sculptures du tympan de la cathédrale d'Auxerre, sont des vestiges très lacunaires. La rose du transept sud de la cathédrale de Sens présente de belles trouvailles, mais de regrettables manques. A Gigny, nous avons un ensemble complet, d'une ambition plus modeste mais d'une absolue perfection dans son classicisme idéal.

    7 mouchettes 1  7 mouchettes 2  7 mouchettes 3 

Les anges dans les mouchettes.

(Merci à M. Michel Tobiet, pour son accueil chaleureux,
son remarquable travail de recherches, son dévouement à l'église de son village)

 

 

Imprimer E-mail

Saint Thibaud

Comment les représentations de Saint Thibaud contribuent à expliquer l'art macabre.

Gosse de riches

 Je pars de la constatation que la représentation populaire de Saint Thibaud est identique à celle des jeunes nobles de la rencontre des trois morts et des trois vifs.

 TH1    TH2

A gauche, statue de Saint Thibaud dans une rue de Joigny,
art populaire d'époque indéterminée.
A droite, un des trois vifs de la Ferté-Loupière, XVIe siècle.

 Il s'agit de Saint Thibaud de Provins, à ne pas confondre avec Saint Thibaud de Marly. Notre Thibaud est honoré principalement en Champagne, Bourgogne et Lorraine, mais il a été populaire dans toute la France du nord, ainsi que dans la partie de l'Italie où il a vécu. Les dizaines de sanctuaires qui lui ont été consacrés sont répertoriés sur le site :

https://www.theobaldus.org/sites-theobaldiens/43-sites-theobaldiens-liste

Vous y trouverez aussi un précieux inventaire de son iconographie. Sa biographie est bien détaillée sur :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Thibaut_de_Provins

 Thibaud de Provins n'est pas un personnage légendaire. Il était de la fammille des comtes de Brie et de Champagne, de la plus haute noblesse de France, petit-neveu d'archevêque, filleul du comte de Blois.

 TH3

Thibaud et son compagnon Gauthier, porche de l'église (ancienne abbatiale)
de Saint-Thibaud-en-Auxois (vaut le voyage)

Contrairement à l'image de jeune chasseur, l'hagiographie dit qu'il passa une jeunesse « dans l'innocence et la piété, sans aucun attrait pour les plaisirs ». Il fut très marqué par ses visites à un ermite qui vivait dans une petite île de la Seine. Encore adolescent, il se retira du monde, avec son ami Gauthier. Ils s'habillèrent en mendiants, vécurent dans une forêt, allant alentour dans les villages aider les maçons et les cultivateurs, ou fabriquant du charbon. Ces labeurs étaient les plus humbles du temps, voire les plus méprisés. Puis ils allèrent, pieds nus, à Compostelle, à Rome, repartirent pour Jérusalem, mais s'arrêtèrent, épuisés, près de Vicence. Deux ans plus tard, Gauthier mourut. Thibaud redoubla alors ses austérités, ne mangeant que du pain d'avoine (d'autres disent d'orge) avec des fruits, des racines et des herbes. Il dormait sur une planche, portait un cilice, s'appliquait la discipline avec un fouet de lanières de cuir. Ce n'était pas exceptionnel à l'époque. Bien au contraire, c'était une conduite encouragée pour se racheter de ses péchés, humilier son ego, devenir plus transparent au Christ. Pratique courante dans les monastères, cela faisait même partie des pénitences tarifées infligées par les confesseurs. De même, l'absence d'hygiène corporelle était considérée comme une mortification méritoire, on le voit dans les éloges des saints stylites, ou dans celui des Templiers par Bernard de Clairvaux. Dans le cas de Thibaud, l'austérité fut tout de même poussée à l'extrême, et fut vite reconnue comme exemplaire. Selon l'hagiographe, « plusieurs miracles le firent reconnaître comme saint. L'évêque de Vicence n'attendit rien de plus pour l'élever au sacerdoce. » Puis il fut attaqué d'une maladie qui lui couvrit d'ulcères le corps entier. Il mourut en 1066, à 49 ans, après douze ans de solitude, et fut canonisé au plus tard en 1073, ce qui montre à quel point il était déjà vénéré.

 TH4

La vie de Saint Thibaud racontée sur l'autel de l'église de Saint-Thibaud-en-Auxois.

 Il fallait que je raconte sa vie pour montrer à quel point sa représentation en jeune chasseur de grande famille ne correspond en rien à sa biographie, et encore moins à ce qui fit sa réputation de sainteté. Tout au contraire, on met en exergue ce à quoi il a renoncé. Il y a là une étrangeté. Il est plus coutumier que les saints soient représentés de manière à montrer en exemple leur piété, leur martyre ou leur vertu. Pourquoi donc cette exception ? Que s'agit-il de démontrer ?

TH15

Ce Thibaud baroque surmonte l'entrée de l'église Saint Thibaud de Joigny.
Il serait l'oeuvre de Juan de Juni,  nom hispanisé de Jean de Joigny

 D'une part, il est probable qu'il s'agissait de rappeler son appartenance à la lignée des comtes de Champagne, aux fins de renforcer l'autorité de celle-ci par une caution morale. Il était toujours utile de faire savoir qu'il y avait un saint dans l'élite régnante : cela contribuait à la faire croire légitimée par Dieu. L'utilisation idéologique de Saint Louis par les rois de France en est un autre exemple. Les Orléans, jusqu'à Louis-Philippe, pouvaient s'enorgueillir de descendre de Saint Louis. Même si, selon Jean-Paul de Dadelsen, « le sperme de Saint Louis coule à flot sur les paillasses de Bourgogne et de Basse-Bretagne ».

TH14

Saint Thibaud au pinacle de l'église de Joigny sous son invocation.

Mais, d'autre part et plus encore, il me semble que cette image contient « en creux » l'idée du renoncement à la frivolité que symbolisent la chasse, le faucon, le chien. La représentation est un contre-exemple. Celui-ci met en valeur le renoncement lui-même. Et nous pouvons y voir une correspondance parfaite avec le message des rencontres des trois morts et des trois vifs. Les jeunes et beaux cavaliers de haut lignage y rencontrent des morts, qui leur enjoignent de renoncer aux plaisirs. En somme, les morts suggèrent précisément de suivre l'exemple de Thibaud de Provins. Il importe dès lors de donner à celui-ci le même accoutrement, caricature de l'insouciance des jeunes repus.

 stfargeau b

Chapelle du cimetière de Saint-Fargeau :
rencontre des trois morts et des trois vifs.

 Quand la rencontre des trois morts et des trois vifs est accompagnée d'une Danse macabre, le message se complète par le dernier personnage de celle-ci, le plus humble, situé au plus bas de l'échelle sociale : l'ermite. C'est une façon de moraliser le propos de la Danse macabre, qui sinon peut paraître seulement ironique, matérialiste et anticlérical. Certes, tous y sont égaux devant la mort, et rien n'y évoque le pardon ni le salut. Avec l'ermite ainsi interprété, elle présente tout de même un exemple à suivre, exemple extrême, exemple d'austérité, voire de sainteté. On comprend comment la Danse macabre fut souvent utilisée comme support de prédication des ordres mendiants, pourquoi on l'a plusieurs fois peinte dans les couvents franciscains ou dominicains. La perfection est dans l'humilité. « Ma défaite absolue me vaudra peut-être la victoire.»

 TH8     TH9

L'ermite, personnage emblématique :
à gauche, dernier personnage de la danse macabre de la Ferté-Loupière ;
à droite, carte du tarot dit "de Charles V".

 

 

 

Imprimer E-mail

  • 1
  • 2